On oublie souvent cette donnée pourtant essentielle : une majorité des écrivains, du Moyen Ȃge à l'époque des Lumières, a reçu une formation juridique. Mais si on se la rappelle et si on la rapproche du fait évident que le désir amoureux est le thème majeur de la littérature, on ne s’étonnera pas que la question des relations entre discours juridique et littérature amoureuse puisse faire l’objet d’un livre.
C’est du reste certainement en raison de leur culture juridique que les écrivains du Moyen Ȃge et du XVIe siècle ont souvent donné une forme judiciaire à leurs écrits fictionnels consacrés à l’amour. À tel point que, dès les XIVe et XVe siècles, le questionnement sur le sentiment amoureux a emprunté au tribunal ses formes constitutives : débat contradictoire devant un tribunal, arrêt rendu par une autorité compétente, force exécutoire du jugement.
Une grande partie de l’ouvrage est également consacrée à l’observation des diverses formes de la réfraction dans le champ littéraire de l’évolution du droit matrimonial. Cette évolution qui a abouti, à l’époque moderne, dans le droit royal français (en conflit avec le droit canonique qui repose avant tout sur l’échange des consentements par les époux) à exiger de plus en plus fermement le consentement parental a fourni une base pour une littérature particulièrement riche en fugues, mariages clandestins, nocturnes ou encore en consentements obtenus par la ruse.    
Sommaire
 
Jean-Pierre Dupouy et Gabriele Vickermann-Ribémont
Avant-propos
 
Sonia Marteau
Les relations conjugales et le droit dans le cycle de Guillaume d'Orange
 
Carole Avignon
Lien matrimonial et littérature au Moyen Âge. Des usages de la « contrefaçon » des discours juridiques et des pratiques judiciaires
 
Bernard Ribémont
Les Jugements de Guillaume de Machaut et l'esthétique du judiciaire
 
Anna Loba
Le problème du mariage des enfants dans les œuvres de Philippe de Mézières
 
Julie Singer
La nomenclature de la justice dans la querelle de La Belle Dame sans Mercy
 
Galice Pascault
La Cárcel de Amor, ou le plaidoyer d'une trahison
 
Nicolas Lombart
La philosophie du droit chez Louis Le Caron : du dialogue amoureux au canzoniere (La Claire. Ou de la prudence de droit, 1554)
 
Denis Bjaï
Une requeste de d'Aubigné aux Grands Jours de Poitiers (1579) : discours juridique et expression amoureuse à l'automne de la Renaissance
 
Jean-Pierre Dupouy
De cire et de miel : les détournements galants ou licencieux du discours juridique dans les œuvres de divertissement d’Étienne Pasquier
 
Stéphane Miglierina
Les billets doux de Fileride : Amour et comique juridique dans la dramaturgie du « moindre mal » de Carlo Maria Maggi
 
Christian Biet
Vaut-il mieux se marier que brûler ?
 
Éva Guillorel
Chanson, honneur féminin et rapt de séduction. La place du discours juridique dans les complaintes criminelles bretonnes (XVIe- XVIIIe siècles)
 
Guy Spielmann
Le mariage sous l’Ancien Régime entre fiction dramatique et réalités : une liminarité problématique
 
Gabriele Vickermann-Ribémont
Comédie de caractère et consentement parental chez Destouches
 
Philippe Corno
Droit et théâtre du divorce pendant la Révolution française ou la littérature au service de la loi