Pendant une soixantaine d'années, Bourges est le cadre d'un phénomène spectaculaire: de l'arrivée d'Alciat, en 1529, à la mort de Cujas, en 1590, l’enseignement qui y est donné par les plus grands humanistes du temps fait affluer de partout en Europe des auteurs remarquables et des étudiants destinés à devenir célèbres (parmi lesquels Calvin, Le Caron ou Du Fail), consacrant la ville et son université comme un des plus importants foyers de culture du XVIe siècle. Rabelais ne s'y trompe d'ailleurs pas et y fait étudier Pantagruel « bien long temps » en la faculté des lois.
L’émergence et le déploiement d’une nouvelle pratique du droit (initiée par le commentaire d’Alciat du De verborum significatione consacré à l’étude du droit, non tel qu’il est prescrit, mais tel qu’il se dit) influencent plus largement les études littéraires et la littérature elle-même puisque, pour le droit comme pour les lettres, ce sont les questions du commentaire, de l’interprétation et de l’explication des textes qui sont au cœur de cette innovation pédagogique.
Sommaire
 
Stéphan Geonget
Bourges 1530, des idées et des hommes
 
I. Mises en perspective. Bourges réelle, Bourges symbolique
 
Richard Cooper
Jean Chaumeau et l'histoire de Bourges
 
Jean-Yves Ribault
L'école de grec dans la topographie universitaire de Bourges (XVIe-XVIIe siècles)
 
David Rivaud
L'Université et la ville à Bourges, fin XVe-milieu XVIe siècles
 
Marie Bouhaïk-Gironès
François Habert, Jean Bouchet, Jean Chaponneau : juristes, acteurs et auteurs de théâtre à Bourges et à Issoudun dans les années 1530
 
Philippe Goldman
Geoffroy Tory de Bourges
 
Marie-Luce Demonet
Geoffroy Tory, Jean Perréal et l'homme normé
 
II. Circulation des idées, conflits des méthodes et des hommes
 
Jean-Louis Thireau
Les conflits entre professeurs de droit à l'université de Bourges au XVIe siècle : querelles de personnes ou opposition des méthodes ?
 
Patrick Arabeyre
Maîtres méridionaux de la Faculté de Droit de Bourges au premier tiers du XVIe siècle
 
Nathalie Dauvois
Toulouse-Cahors-Bourges. Circulation des idées et des hommes
 
Marie-Élisabeth Boutroue
Étienne de Laigue, un gentilhomme du Berry dans la mouvance politique des frères du Bellay ?
Marie-Claude Tucker
Deux juristes lettrés produits de l'École de Bourges : les Écossais Henry Scrimgeour et Edward Henryson circa 1538-1547
 
Paul-Alexis Mellet
Une « sophisterie de chaffoureur » : histoire des institutions et enseignement du droit chez Hotman
 
Frédéric Gabriel
De statu primitivae Ecclesiae : histoire, chrétienté et réforme chez les civilistes de l’école de Bourges (Douaren, Bauduin, Hotman)
 
III. Parcours singuliers entre droit et littérature
 
Ian Maclean
Le séjour d’Alciat à Bourges, vu à travers sa correspondance et ses préfaces berruyères
 
Corinne Leveleux-Teixeira et Marie Bassano
Alciat, le De verborum significatione et la morphologie du droit
 
Catherine Langlois-Pézeret
Jean Second, poète flamand, observateur des hommes de loi et des hommes de lettres du milieu berruyer à Bourges en 1532
 
Valérie Hayaert
Arbres de parenté et stemmata juris dans le commentaire au De gradibus affinitatis de Pierre Loriot, Lyon, Gryphe, 1542
 
Bruno Garnier
Guillaume Bochetel (?-1558) : l’irrésistible ascension d’un lettré de province sous François Ier
 
Françoise Michaud-Fréjaville
Du passé ne pas faire table rase : Jacques Thiboust, seigneur et feudiste
 
Sylvie Laigneau
Entre poésie et jurisprudence : portrait de l’humaniste idéal dans la correspondance de Viglius van Aytta
 
Ullrich Langer
Justice de la coutume, justesse du proverbe chez Antoine Loisel
 
Bruno Méniel
Noël Du Fail, écrivain et juriste
 
Marie Madeleine Fontaine
Barthélemy Aneau entre deux villes : fidélités à sa ville d’origine, et responsabilités
 
Anne Teissier-Ensminger
Du droit lettré à la juslittérature : les Broé, père et fils, au XVIIe siècle